Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 16:49
Voilà, ça y est, la rentrée a eu lieu. Elle s’est très bien passé pour Ainhoa que j’ai abandonné dans le hall avec sa nouvelle maîtresse. Et qui a passé un bon matin. Avec juste un regret : dans la cour des « grands », il n’y a plus de toboggans…
Pour Bernat, ça a été une autre paire de manches. Il était très content en arrivant, mais ça a été entrer dans la classe, et il s’est crispé. J’ai eu beau essayer de l’intéresser à tous les jouets de la classe, il s’est agrippé à ma jambe lorsque j’ai voulu partir. Puis a commencé à pleurer brailler… Enfin bref, j’ai eu droit à la situation que toute mère redoute à la rentrée : partir avec les pleurs braillements de notre enfant sur le cœur… surtout qu'il a la voix qui porte!
Bueno, pues ya está, los niños ya han vuelto al cole. Ainhoa se lo ha pasado muy bien, aunque dice que no le ha gustado tanto el recreo porque en el patio de los mayores, ya no hay toboganes...
En cuanto a Bernat, no ha sido tan fácil. Estaba muy feliz antes de ir al cole, con su cartera nueva, su paquete de pañuelos, y su bolsa de merienda, pero fue llegar a la clase y ponerse tenso. Bueno, y cuando ya me he tenido que ir, me ha cogido la pierna y se ha puesto a llorar berrear. O sea que me ha tocado la situación que todas las madres temen: salir del colegio con los llantos de tu niño pesando mucho en el corazón...
Cliquez pour afficher l'image suivante
Cliquez pour afficher l'image suivante

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Valerie 17/09/2007 19:37

et j'espère que ça va bien mieux pour Bernat maintenant ? je n'ai jamais vécu ça mais j'imagine que ça doit être dur en effet.

Sara d'Andorre 18/09/2007 08:16

Je n'avais jamais vécu ça non plus, vu qu'Ainhoa avait commencé l'école dans la joie, alors ça a été dur. Mais à partir du vendredi, il n'a plus pleuré, et là, ça a l'air d'aller

Caroline 17/09/2007 19:28

Et toi, as-tu réussi à le laisser à l'école sans verser une petite larme ?  ça doit être très dur de voir ce petit bonhomme pleurer et de ne pas pouvoir le prendre dans ses bras pour le consoler.

Sara d'Andorre 18/09/2007 08:11

Ah ben si, au fond de la gorge, ça gratouillait, mais si je m'y étais mise aussi, on ne s'en sortait plus!

montse 14/09/2007 14:43

Tens raó, m'han dit que durant el dia i el menjar no plora. LA veritat és que el primer dia quan vam sortir la vam veure per la finestra de la classe i ja no plorava, però aixó no deixa d'angoixar. Al final està a l'escola francesa d'Escaldes però hi ha un desordre que esgarrifa (potser estic massa be acostumada a la guarderia), espero que la setmana vinent tothom trobi una mica més el seu lloc (trobo que hi ha una comunicació pràcticament nul·la i uns mals entensos, fruit d'aquesta manca de comunicació, que no vegis, per exemple no ha berenat cap dia. Però confio en que tot s'arregli, veritat ?

Sara d'Andorre 14/09/2007 14:56

Ostres, aixó que em dius, sona molt diferent de l'escola d'Ordino. Clar que tot depen del profesor. També es veritat que es diferent la guarderia, ja per començar, hi han molts més nens a l'escola. Espero que la situació millori ràpidament.Avui, el Bernat no ha plorat, ja em quedo més tranquil.la

Marine (Almar) 14/09/2007 12:56

Pauv' bonhomme : c'est pas facile tous les jours de grandir. Ou de reprendre le boulot après de si belles vacances, moi aussi, ça me fait pareil ;-) ! Courage à toi, courage à ton Papa, courage à lui : dès ce soir, il va avoir tout un week-end pour profiter de son Papa et de sa Maman chéris ...

Sara d'Andorre 14/09/2007 14:54

Aujourd'hui ça a été... il n'a pas pleuré! Mon père lui avait donné sa carte de visite en lui disant de l'appeler s'il avait besoin ;-)

marie 14/09/2007 09:37

Le congé parental ici n'est pas forcément payé (c'est sous condition de revenu). Je me suis arrêtée un an. Mais, économies dépensées, impossible de vivre plus longtemps avec un seul salaire...

Sara d'Andorre 14/09/2007 10:12

Ce n'est pas payé, mais en principe, ils doivent te reprendre... ici tu perds carrément ton boulot :-(J'imagine que les prix à Paris ne doivent pas permettre de survivre bien longtemps avec un seul salaire... Je regrette parfois que nos mères aient réclamé le droit au travail... on s'est fait avoir car du coup on se retrouve avec deux boulots... celui de la maison et celui de dehors.