Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 10:17
Si j'ai bien compris, certaines personnes changent leur décoration chaque année. En effet, j'entends parler de décorations bleu et argent, rouge et or, blanc et rouge, etc... Ça veut-il donc dire que si tu as une décoration verte, tu la laisses dans son carton?
Según lo que he leído, hay quien cambia la decoración de Navidad cada año. Hay quién me pregunta que qué colores voy a utilizar este año... como que ¿qué colores? Sí, dorado y rojo, azul y plata o ¿qué?
O sea que ¿hay quien deja decoraciones en su caja por no ser del color que toca?
Moi, je ne pourrais pas laisser une décoration à la cave... Noël est le seul moment de l'année où elles peuvent sortir, se dégourdir les jambes, prendre un peu l'air... Surtout cette année où la cave a pris l'eau... certaines choses avaient des tâches de moisissures, ce qui dans notre climat sec est généralement impensable.
Yo no podría dejar una decoración sola, triste y abandonada, en el trastero... Las Navidades son la única ocasión del año en la cual pueden salir, ver el mundo y respirar un poco de aire fresco ... lo del aire fresco, con más razón este año, porque nos entró agua en el trastero, y ciertas cosas estaban mohosas.
Enfin passons, je disais donc, que chez nous, tout le monde sort de sa boîte, on ne veux pas de reproches.
Total, que todos tienen que salir de sus cajas respectivas, no queremos celos ni reproches.
Forcément, notre sapin a toujours la même tête, les décorations changent juste de branche chaque année.
Por eso, cada año, nuestro árbol tiene la misma pinta. Lo único que cambia es la ubicación de las decoraciones en las ramas.
Il y a quand-même les petites nouvelles, généralement une ou deux chaque Noël.
Quant aux anciennes, elles sont attendrissantes, elles rappellent des souvenirs. Certaines m'ont été offertes, alors quand on les accroche, on a une petite pensée affectueuse. Certaines viennent de chez ma grand-mère, et je verse ma petite larme intérieure.
Claro que cada Navidad, hay que añadir uno o dos adornos nuevos. En cuanto a los de años anteriores, me traen recuerdos nostálgicos. Algunos me los han regalado, y cuando los coloco tengo un pensamiento por la persona. Otros me vienen de casa de mi Abuela, y me emociono.
Du coup, décorer le sapin devient vraiment un bon moment.
Decorar el árbol resulta así ser un placer.


Bien que cette année, l'ayant perché sur une table, j'ai dû prendre un tabouret pour les parties hautes, et que je monte et je descends, hop hop. Je vous dis pas comment j'étais le soir...
Aunque este año, al haberlo colocado sobre una mesa, me ha costado eso de subir y bajar del taburete tropecientasmil veces, culpa mía claro, no quiero soltarle el placer de decorar el árbol a nadie.
Par contre, ceux qui ont décoré au ras du sol étaient en pleine forme, EUX!
A otros, les ha costado menos, ya que lo tenían pequeñito y posado en el suelo.


Oui, vous allez me dire que j'aurais pu les laisser m'aider, mais s'il y a bien une chose que j'aime faire, c'est décorer MON sapin, avec MES décorations.
C'est vrai quoi!
On se sacrifie toute l'année pour eux: c'est eux qui ont le droit de finir le dernier petit gâteau au chocolat de la boîte, la dernière framboise du balcon ou la dernière cuillerée de Nutella, alors j'ai bien le droit de me garder mon plaisir annuel... oui, oui, vous pouvez me traiter de mère indigne, je n'en ferai pas une maladie :-)
Sí, me vais a decir que por qué no les he dejado el labor de decorar el abeto del comedor... pues porque a mi me gusta hacerlo. Durante todo el año, te vas sacrificando, hay que dejarles la última galleta de chocolate que queda en la caja, la última frambuesa del balcón, la última cucharada de Nutella... pues algún placer me tengo que quedar, ¿verdad? (y me da igual si me tratais de madre indigna, jeje)
Donc, ils ont leur sapin et j'ai le mien.
Ellos tienen su árbol, y yo el mío.
J'ai ma crèche et ils ont la leur, ils peuvent même provoquer une bataille rangée entre les Rois et les pirates du calendrier de l'avent, si ça leur chante.
Yo tengo mi Belén y ellos el suyo. Pueden mover los personajes, provocar batallas entre los Reyes y los piratas del calendario de adviento... lo que quieran.


Et puis je ne suis pas totalement une mère cruelle, ils ont droit de bouger les petits personnages de la crèche familiale,  nous avons par conséquent une crèche très mobile.
Y como no soy del todo mala madre, también pueden mover los personajes del Belén familiar. Lo cual supone muchos movimientos y cambios diarios.


Voilà à peu près le résumé de la décoration de ce week-end, la maison est dorénavant fin prête.
Creo que ya os lo he contado todo. La casa está lista para acoger la Navidad.
Maintenant, il faut juste croiser les doigts pour que -pour une fois- les jacinthes soient ouvertes pour Noël (et pas pendant mes jours d'hospitalisation, ce serait gentil!)
A ver si esta vez, con suerte, los jacintos florecen a tiempo.


Repost 0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 11:31
Sur l'invitation d'Anne, je me lance dans le jeu du 5 en 5. Il s'agit de raconter sa vie de 5 en 5 ans en fonction de ce qui s'est passé dans les années terminant en 3 et 8.
Ce que j'ai fait est un peu brouillon,  vu mon peu de mémoire des dates, et mon peu de mémoire tout court.
Donc, comme Anne, je commence en 1978.



1978: Cette année-là, j'habite dans un petit village de Tarragone. Mes souvenirs se résument à l'unité des soins intensifs de Barcelone, où mon père est hospitalisé. J'ai l'image d'un petit tabouret sur lequel je dois monter pour voir Papa à travers la vitre, j'aime beaucoup car il y a un téléphone pour lui parler.
C'est aussi en 1978 que la Constitution espagnole est approuvée, après 40 ans de dictature. Mais de ça, je n'en ai aucun souvenir...

1983: Ça fait un an que je suis en Andorre. Je rentre en CE2. Pas de souvenirs marquants de cette année. Mais je me souviens parfaitement de l'annonce du coup d'état de Tejero en 81 et de la phrase "Todos al suelo, que viene Tejero" (Tous au sol, Tejero arrive!) qui en a découlé, et ensuite des inondations historiques en Andorre en 82.

1988: Ça fait deux ans que je suis au collège d'Andorre la Vieille. Il y a encore eu des inondations en 84, on est rentrés chez nous avec de l'eau jusqu'à la taille.

1993: Je commence la fac à Toulouse, et ma vie en ville, à l'étranger, gros changement. Je ne peux pas rentrer tous les week-ends chez moi, mais ça se passe bien. Je découvre la manie des grèves en France: deux mois sans cours à la fac, et impossibilité parfois de rentrer en Andorre pour cause de grève de trains.

1998: J'ai obtenu mon Capes, et j'enseigne en France. Ça ne se passe pas bien, je démissione en cours d'année et je retourne en Andorre. J'ai tout de même bien profité des vacances scolaires pour voyager avec ma première voiture (toujours fidèle au poste!): Paris, Madrid, Padoue, de bons souvenirs.

2003: Je me suis mariée, Ainhoa a déjà un an, et j'attends Bernat. Je travaille déjà dans mon entreprise actuelle. Contrairement à beaucoup, nous ne souffrons pas de la canicule, pour une fois, c'est un avantage de vivre en altitude.

2008: Là j'attends mon deuxième petit garçon qui naîtra avant la fin de l'année.
A part ça, rien de spécial, si ce n'est que cette année, la neige est précoce.

Pour 2013, on verra plus tard :-)

Repost 0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 09:46
Faire un bonhomme de neige n'est pas une mince affaire.
Il faut se mouiller les gants et les mains pour transporter la neige,
Hacer un muñeco de nieve no es nada fácil.
Hay que mojarse los guantes y las manos para transportar la nieve,


parfois faire des acrobaties pour entasser la matière première,
a veces tienes que hacer acrobacias para poder amontonar la materia prima,


courir dans tous les sens, à la recherche de la meilleure neige,
luego hay que correr por todos lados para encontrar la nieve perfecta,


et enfin, on peut admirer le résultat final.
y al final, por fin, puedes admirar el resultado final.


Ceci dit, il y en a d'autres qui préfèrent rester bien au chaud à la maison, pendant que certains travaillent  dehors. Il y en a qui n'aiment pas mouiller leurs gants, ni faire des acrobaties, ni courir dans tous les sens: fainéants va!
Enfin voilà, il y en a qui font des bonhommes d'un autre genre, question de se trouver la bonne excuse pour ne pas sortir...
Claro que los perezosos prefieren quedarse en casa, bien calentitos. A esos, no les gusta mojarse, ni hacer acrobacias, ni correr...
Y ésos se apañan para hacer otro tipo de muñecos, cuestión de tener la excusa perfecta para no salir de casa.

Repost 0
Sara d'Andorre - dans TILDA
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 07:26
A la maison, les calendriers de l'avent sont donc apparus en début de semaine.
En casa, los calendarios de adviento aparecieron a principios de semana.


Mais rien à part ça, n'annonce les fêtes qui approchent. C'est ce week-end qu'il faudra descendre chercher tous les cartons à la cave, endroit que j'aime toujours aussi peu ;-)
Pero, a parte de eso, nada en casa da el toque navideño. La decoración toca este fin de semana. Habrá que bajar a buscar todos los cartones en el trastero que tanto aprecio ;-)
Heureusement, la neige, précoce cette année, donne déjà un peu le ton.
Por suerte, fuera sí que se nota la cercanía de las fiestas. La nieve se ha encargado de dar el toque.


Et puis en ville, les décorations ont été mises.
Y además, por las calles, ya han aparecido las decoraciones.




La febrilité commence à me gagner, surtout que je n'ai encore presque aucun cadeau (argh!), alors que nous serons sans doute nombreux cette année pour le réveillon.
Pour les cartes, je suis aussi en retard, je crois qu'une bonne moitié n'aura pas le temps de partir.
Me estoy empezando a poner nerviosa. Aún no tengo casi ningún regalo (¡horror!), y eso que este año, seremos unos cuantos por Nochebuena...
En cuanto a las targetas, ejem, me parece que no van a salir muchas, y eso que las tengo compradas, pero falta escribir algo encima.


Il faudrait peut-être aussi que je prépare mon sac pour l'hôpital, ce ne serait pas une mauvaise idée... mais il faut d'abord que je mette la main sur la liste des trucs qu'il faut au bébé... hum... (si quelqu'un en a une sous la main, qu'il pense à moi, merci!)
Enfin bref, vous l'aurez compris, cette année, notre Noël sera sans doute un peu brouillon. Mais ce n'est pas trop grave, car nous aurons une très grande compensation ;-)
Tampoco estaría mal que preparara una bolsa para el hospital, no sería mala idea creo yo... pero tendré que acordarme dónde puse la lista de las cosas que le hacen falta al bebé... ejem... (si alguien tiene una a mano, ya sabe...)
Total, que me parece que la organización de estas Navidades va a ser un desastre, suerte que nos llega una gran compensación muy prontito ;-)


Repost 0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 08:20
Aujourd'hui, je vais vous parler de deux choses qui me rappellent mon grand-père. Je devrais plutôt dire qu'elles me rappellent des choses qui m'ont été racontées sur mon grand-père, puisque qu'il est malheureusement mort quand j'étais assez  petite.
Hoy, os voy a hablar de dos cosas que me recuerdan a mi Abuelo. Bueno, debería decir que me recuerdan cosas que me han contado de mi Abuelo, porque él murió cuando yo aún era pequeña
Chez mes grands-parents, il y avait un beau jardin, un patio à l'andalouse. Mon grand-père y avait fait mettre un puits décoratif. Il paraît qu'on on y jetait les choses qui ne servaient plus ou qui encombraient. Mon père m'a dit un jour que son train électrique avait connu ce destin fatidique.
Si un jour, quelqu'un fait des fouilles archéologiques à l'emplacement de la maison, il sera plutôt surpris.
Enfin voilà, on m'a souvent parlé de ce puits, sans doute parce que mon père est ses frères et soeurs y ont souvent vu disparaître des objets qu'ils auraient préféré conserver.
Mis abuelos tenían un jardín muy bonito parece ser, con un patio a la andaluza. Y mi Abuelo había hecho construir un pozo, puramente decorativo.
En el famoso pozo, se tiraban los trastos que ya no servían. Mi padre recuerda con pesar que su tren eléctrico fue a parar ahí.
Si algún día, alguién se mete por ahí con pico y pala, se encontrará con un auténtico yacimiento de objetos de los años 50/60.
Pues eso, que a menudo he oído hablar del "pozo", sin duda porque mi padre y sus hermanos han visto desaparecer ahí dentre muchos objetos que hubieran preferido conservar.
Et forcément, lorsque je me suis mise à construire un puits, cette histoire m'est revenue à l'esprit...
 Será por eso que el recuerdo de mi Abuelo me ha venido a la cabeza cuando he empezado la construcción de un pozo.


et j'ai pensé à mon grand-père, surtout que je destine ma mini construction à notre crèche.
Sobre todo que lo he hecho para nuestro Belén. Otra cosa que me hace pensar en mi Abuelo.


Et comme je vous l'ai dit la semaine dernière, la tradition de la crèche est très ancrée dans ma famille paternelle.
La semana pasada, os comenté de que en mi familia paterna, la tradición del Belén es sagrada,  se montaba uno grande cada año.
D'ailleurs, je ne résiste pas, je vous mets quelques photos, conservées par mon oncle, et qu'il m'a gentiment fait parvenir.
Mi tio conserva alguna foto, y me ha mandado copias (¡gracias!). No resisto en ponerlas.



Mon grand-père faisait tout  avec du plâtre, puis il peignait les paysages qui se trouvent derrière.
Todo está hecho con yeso, los paisajes que se ven atrás están pintados por mi Abuelo.


En fait, il n'achetait que les figurines.
Sólo compraba las figurinas.


Je crois que je me serais très bien entendue avec lui :-)
Creo que nos hubiéramos llevado muy bien los dos :-)
Repost 0
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 10:20
Me revoilà après trois jours de repos forcé. Rien de grave, je vous rassure.
Et d'ailleurs, tant mieux, car si j'avais dû solliciter une ambulance, j'étais bien mal partie...
Aquí, estoy de nuevo, después de tres días de reposo forzado. Pero, nada grave.
De hecho, es una suerte de que no fuera nada, porque si hubiera necesitado una ambulancia, me hubieran entrado sudores fríos...
Cette année, en Andorre,  le service d'ambulances a été privatisé, et nous avons pu constater (avec consternation) leur efficacité (hinhinhin!)
Este año, en Andorra, han privatizado el servicio de ambulancias, y hemos podido comprobar su increible ineficacia y falta de profesionalismo, y eso en directo.


L'ambulance que vous voyez là a été bloquée pendant presque deux heures en bas de chez nous, avec un patient à bord (si, si! je vous avais bien dit que c'était consternant).
Ce sont les voisins qui ont aidé à la dégager, car la mairie ne voulait pas envoyer de chasse-neige ... à cause d'un vieux conflit entre les voisins et la mairie.
La ambulancia que veis en la foto se ha quedado bloqueada en la curva durante dos horas y encima con un paciente dentro... sí, sí, en serio, ya os decía yo que cuestión eficacia... ejem...
Los vecinos han sacado sus palas para ayudarle a salir, porque el ayuntamiento no quería mandar el quitanieves (sí, esto también es bastante alucinante)
Nous avons appris par la suite, grâce à la conversation houleuse entre la femme du patient, un policier et l'ambulancier (suivie de près par tous les voisins à leur fenêtre, pensez-vous!), que l'ambulance n'avait ni pneus neige, ni chaînes , pour une traction avant ce n'est déjà pas trop le top, mais pour l'ambulance, traction arrière, c'est bien pire.
Elle a finalement pu repartir avec le patient (qui était peut-être mort, à cette heure-là) à son bord...
Como ya estábamos todos los vecinos siguiendo el tema con las ventanas abiertas, nos hemos enterado luego, por los gritos entre la pareja del paciente, un urbano y el chofer de la ambulancia, de que la ambulancia no llevaba ni ruedas de contacto ni cadenas ¡un colmo en Andorra!
Finalmente, ha podido bajar, y se ha ido con el enfermo (que a esas horas ya podía ser un cadáver, o incluso una momia, jeje) hacia el hospital.
Le spectacle a encore continué par la suite,
Luego, ha seguido el espectáculo,


celui-là, on l'a dénoncé car il n'a pas laissé de note à la voiture qu'il a emboutie...
a este, le hemos denunciado puesto que, como muchos, no le dejó nota al coche que abolló...

Jusqu'à ce qu'enfin, le chasse-neige daigne venir...
Hasta que por fin, apareció el quitanieves...


avec sa réserve de sel à sec...
con su reserva de potasa a cero...

Non, franchement, il ne fait pas bon d'emprunter notre rue quand il neige :-)
Francamente, espero no tener nunca una urgencia un día de nieve :-)

Très distrayante la neige quand on est malade, on entend un boum, et on sait qu'on peut aller regarder une séance de dérapages par la fenêtre. On a pris cette habitude depuis qu'on s'est fait emboutir une de nos voitures, et qu'on ne nous a pas laissé de note non plus...
Una gran distracción la nieve, cuando estás malo. Oyes un golpe, y sabes que si te levantas vas a tener una sesión de patinaje en directo. La verdad es que cogimos la costumbre de mirar así por la ventana el día en que nos destrozarón el ala del coche y tampoco nos dejaron nota...

Repost 0
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 10:37

Ah voilà que ça va se chamailler maintenant! Pas possible! Mais il y en a pour deux dites-donc! Vous n'avez pas vu le paquet de graines qu'il reste?

Oui, c'est ça, tournez-vous le dos... c'est malin!

Pero bueno, ¿qué os vais a pelear ahora? ¿No os da vergüenza? ¡Pero, si hay para los dos! ¿No veis que hay un paquete entero de pipas?

Sí, eso, daos la espalda, ¿y de qué os va a servir?


Pfff! Ces oiseaux... incapables de manger sans prises de bec!

Desde luego... estos pájaros... no hay manera de que coman sin pelearse...

Repost 0
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 09:03

Version espagnole de l'article de hier.


El problema cuando no hago nada durante el fin de semana, es que luego no tengo gran cosa que explicar en el blog, porque entre semana, voy como todas las madres trabajadoras: de bólido. Y poco interesante resulta hacer una foto de mi lavaplatos o de la cazuela de sopa.

Además, sin fotos, me cuesta escribir, las fotos me sirven de base...

Pero bueno, esta vez, pues sólo voy a escribir.


Ya veis por el título que ya tenemos en mente la Navidad.

Anteayer, mientras Ainhoa  estaba en clase de encaje, Bernat y yo nos vimos obligados a ir a calentarnos con un chocolate caliente y una pasta, y cruzamos parte de la ciudad andando.

Los adornos de Navidad, aunque no están encendidos, ya están en su sitio desde hace un mes. En general, los encienden por la Purísima, aunque me parece que el año pasado ya dieron la luz el 1º de diciembre, cuando abrieron las pistas de esquí (o sea que incluso los adornos navideños van dirigidos ante todo al turista...).

El día 8 también suele ser el día en que empezamos a decorar la casa. Digo empezamos, porque en casa, la cosa dura días.


De hecho, los preparativos se dividen en varias etapas cuyo orden solemos respetar. Eso permite que nos vayamos empapando del ambiente navideño.


Empezamos por las tarjetas de Navidad, que suelo mandar a finales de noviembre, principios de diciembre. Eso permite que la gente la reciba con antelación y conteste antes de Navidad. De esta manera, las tarjetas recibidas llegan a formar parte de la decoración. Por eso odio la tradición francesa de mandar las tarjetas durante el mes de enero, la verdad es que lo encuentro absurdo.


Luego toca empezar a buscar regalos. Fabrico algunos, pero también hay que comprar. O sea que hay que empezar a mirar tiendas, para intentar hallar el regalo que le gustará a menganito o fulanito.

Esta parte es más difícil de organizar desde que tengo a los niños, porque claro, los regalos son misión del Papá Noel (o de los Reyes). Pero, se me ocurrió decirles no recuerdo cuándo, de que como el pobre hombre no llega a todo, pues hay que ayudarle. O sea que él se encarga de los regalos de los niños, y para los adultos a veces hay que echarle una mano. Por ahora, se lo han tragado, a ver si la creencia sobrevive a esta Navidad...


A ver ¿qué más?

Ah, ¡los calendarios de adviento!

Cuando yo era pequeña, tenía uno de cartón, ibas abriendo las ventanitas, y te encontrabas con un dibujito. Ahora, sólo los encuentras de chocolate, y francamente de una calidad que te hace pensar en el "made in China". Si eso es chocolate, yo soy Santa Teresa.

Total que cuando mi hermano nos hizo descubrir los calendarios de Playmobil, nos enamoramos del concepto.

No sé si los conoceréis. En la caja, va un cartón con un decorado dibujado, lo instalas en algún sitio donde se vea porque al final tendrás toda una escena. Luego tienes otro cartón en el cual hay que fijar 24 cajitas (que has montado previamente), en cada cajita, hay una figura Playmobil, que los niños van sacando y colocando en el decorado.

Ya tenemos 4 o 5 cajas, vamos turnando según los años. Este año, a Ainhoa le toca el Papá Noel con un montón de animalitos y a Bernat unos caballeros de la edad media (pero chhhh, no digáis nada).

El único inconveniente de estos trastos, es que hay que montarlos de escondidas, y te sueles acordar del tema el día 30 de noviembre, justo cuando te estás metiendo en la cama.


Bueno, pues ya ha llegado pues el 1 de diciembre, época de calendarios. No olvidar pues de abrir cada día la cajita y girar el número (eso yo, que también tengo mi cuenta atrás).


El primer fin de semana de diciembre, hay que ir a recoger musgo, ramas, piedras, piñas... todo lo que servirá para montar el Belén.

Cuando el paisaje está en su sitio, los niños colocan las figuritas. Hay que poner los Reyes lo más lejos posible, porque Ainhoa o Bernat lo moverán cada día un poquito más hacia el Misterio... si veo que van demasiado rápido, los vuelvo a poner un poco atrás a la que los niños no miran, jeje. El niño Jesús se queda en un cajón hasta el 24, y entonces se le coloca en el establo. Los Reyes llegarán ahí delante el día 6.

Bueno, aunque quizás lo parezca, no somos creyentes, pero esto del Belén es una tradición familiar que me niego a perder.

En casa de mi padre, parece que el Belén era algo alucinante. Mi Abuelo era ingeniero, y montaba algo enorme con puentes, río (con peces... vivos), etc...

Entonces claro, nuestro Belén es un poco ridículo si comparas, pero vamos progresando de año en año :-)


Bueno, el Belén ya está. El árbol toca pues al fin de semana siguiente. Los niños van colocando cositas en el árbol, bajo mi mirada nerviosa : ¡cuidado! ¡qué es frágil! ¡no eso ahí no! Pero ¿por qué pones 10 decoraciones en la misma rama? (etc...) Sí, soy una maniática, pero es que el tema Navidad me pone en un estado especial ;-)

Mientras, yo voy poniendo todo lo otro por el piso (sí, incluso en los lavabos, siento decirlo, jeje), y mi marido se encarga del balcón, así, si alguien se constipa, no soy yo :-D


Y creo que ya no hay más. Sólo falta esperar a que llegue la noche mágica. Y esta última no suele durar mucho... una noche es una noche, no es extensible porque sea Navidad.

Por lo cual, al día siguiente pienso ¡qué! ¡ya está! ¿ya no hay más?


Suerte que aún queda el fin de año, aunque desde que ya no vamos a Madrid, me suele saber a poco...

Y los Reyes, con la cabalgata, el espectáculo de los pastorcillos, los regalos, el roscón...


¿Y en vuestra casa? ¿Cómo preparáis la Navidad?







Repost 0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 08:51

Ça m'embête, comme je n'ai rien fait le week-end dernier, je n'ai pas matière à écrire des articles.

Je n'excelle pas dans l'exercice de l'écriture, et j'aime plus transmettre à travers les photos qu'à travers les mots.

Tant pis, une fois n'étant pas coutume, et bien je vais écrire ;-)

D'ailleurs, j'imagine que mes articles ne vont pas tarder à se raréfier, la fatigue aidant.

Je sais qu'en France, le congé maternité commence un mois avant l'accouchement, mais ici on peut le commencer le jour de la naissance, ce qui fait que tout le monde essaie de tenir le plus longtemps possible au travail, d'où une fatigue certaine...


Hier, Bernat et moi avons laissé Ainhoa à son cours de dentelle, et nous sommes allés nous prendre une petite pâtisserie et un chocolat chaud (il fait très froid, alors il faut bien se réchauffer).

En ville, les préparatifs pour Noël sont déjà très visibles, toutes les décorations sont déjà installées. En général, elles sont allumées aux alentours du 8, qui est férié. C'est généralement aussi à ce moment-là que nous commençons à décorer la maison.


En fait, le mois de décembre se divise en plusieurs étapes, toutes constituent une préparation pour le jour J. On se met dans l'ambiance petit à petit.

On commence par envoyer les cartes de Noël, assez tôt, pour qu'on nous renvoie les réponses avant Noël, et que les cartes servent d'élément de décoration. C'est pour ça que je déteste la coutume française de s'envoyer les voeux en janvier. Moi, je veux mes cartes avant le 25/12 ;-)


Ensuite, on commence à écumer les magasins, question de trouver LE cadeau qui fera plaisir à untel ou untel. Depuis que j'ai les enfants, j'ai du mal avec cette étape, car forcément, c'est le Père Noël qui est sensé s'en occuper. Heureusement, j'ai trouvé la parade. Comme je suis une personne extrêmement serviable et sympathique, et que je vois bien que le Père Noël est dé-bor-dé! ... et bien, je lui donne un coup de main avec les cadeaux des adultes... pour le moment, les enfants se contentent de cette version.

Dans les série "ces petits gobent vraiment tout", il y a aussi l'explication de ces Père Noël vraiment horriblement mal déguisés, qui traînent dans la rue: ils aident aussi le Père Noël, ce dernier étant plutôt occupé à une tâche bien plus importante (la préparation des cadeaux).

Personnellement, ça m'énerve tous ces Père Noël dans la rue et les magasins, ils font plutôt peur qu'autre chose, et puis tout le monde sait que le Père Noël ne peut être vu...


Juste avant le 1º décembre, il faut aussi préparer les calendriers de l'avent. Etant plutôt gourmets question chocolat, on n'aime pas trop ceux au chocolat précisément, parce que je ne sais pas si vous avez goûté un chocolat d'un calendrier de l'avent, mais ce n'est pas terrible comme goût...

Depuis qu'on a découvert les calendriers Playmobil, on est adeptes. En plus, ils peuvent reservir, on en a 4 ou 5 qu'on fait tourner.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, il y a un petit fond de décor en carton, et puis un panneau sur lequel sont placées  24 petites boîtes, avec dans chacune une pièce Playmobil. Chaque jour, tu rajoutes un nouvel élément dans ton décor, et à la fin, tu as soit une crèche, soit un salon avec son sapin, soit une salle de château avec des chevaliers...

Bon, l'inconvénient, c'est que c'est généralement le 30 novembre au soir à l'heure d'aller au lit que tu te souviens qu'il faut sortir les fichus calendriers, monter toutes les petites boîtes, et mettre les pièces correspondantes dedans. On s'y met tous les deux, mais c'est un peu laborieux. Le pire, c'est bien quand il manque une pièce...


A partir de décembre, les choses deviennent plus sérieuses. Le compte à rebours a commencé.

Le premier week-end, on va chercher de la mousse, des branches mortes, des pommes de pin, des bouts d'ecorce, des petits cailloux... pour faire le paysage de la crèche. Ensuite, les enfants placeront les personnages. Les rois sont installés le plus loin possible, ils seront avancés un petit peu chaque jour... s'ils avancent trop vite, je les recule dès que les enfants ont le dos tourné, hinhin. Le petit Jésus, lui, ne sera installé que le 24, et les Rois arriveront à l'étable le 6 janvier.

Le pire, c'est que nous ne sommes pas croyants, mais la crèche est très ancrée dans le coutumes espagnoles. L'arbre n'étant apparu que très récemment.

Mon père raconte que chez lui, les crèches étaient impressionantes, mon grand-père, qui était ingénieur, faisait un truc énorme avec rivière et tout et tout.

Alors, notre crèche à côté, c'est de la gnognotte, mais bon, on n'a pas la place d'en mettre des mètres, alors on se contente de notre petit machin :-)


Bon, la crèche ayant été montée aux alentours du 8, on fait le sapin et la déco de la maison le premier week-end qui suit. Les enfants se chargent du sapin sous ma supervision nerveuse (ben oui, il y a des trucs fragiles quoi!), pendant que je décore tout le reste de l'appartement. L'homme, lui, est chargé du balcon, comme ça ce n'est pas moi qui m'enrhumme... Après, le soir venu, il faut que je redistribue les décorations dans le sapin, sinon ça fait un sapin décoré juste vers le bas, et 20 décorations par branche (oui, je suis un poil maniaque, question Noël)


Ensuite, il ne restera plus qu'à attendre la fameuse nuit. Elle passe généralement très vite, trop vite. Ce qui fait que le lendemain, j'ai une impression de déception "quoi! c'est déjà passé!?"


Fort heureusement, il reste encore le Nouvel An, un peu triste et dépeuplé, depuis qu'on ne le passe plus à Madrid.

Et ensuite le jour des Rois, avec la chevauchée des Rois, le spectacle des bergers auquel participe Ainhoa, les cadeaux, le charbon, les pièces en chocolat, la galette... mais ça c'est une autre histoire :-)


Et chez vous? Ça se passe comment les préparatifs de Noël?



Repost 0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 08:44

Sur notre balcon, nous avons une boîte à graines, spécialement conçue pour recevoir la visite des mésanges. Mon frère en avait fait l'acquisition au journal La Hulotte. Les mésanges l'utilisent depuis trois ans et nous pouvons tranquillement les observer depuis le canapé.

Mais curieusement, même s'il neige comme aujourd'hui, on ne les voit guère en novembre et décembre, elles doivent encore trouver de la nourriture à plus basse altitude.

Elles arrivent donc généralement à partir de janvier, et là, il y a même la queue pour accéder à la mangeoire. Pendant que l'une attrape une graine de tournesol, une autre attend sur la jardinière de la fenêtre, et la troisième sur la jardinière de la ballustrade.

En el balcón, tenemos una caja de madera llena de semillas de girasol, especialmente concebida para que vengan las carboneras. Mi hermano nos la compró en la revista de la Hulotte. Los pájaros la utilizan desde hace tres años, y los podemos observar con tranquilidad desde el sofá.

Pero curiosamente, aunque nieve como hoy, no se les ve mucho en noviembre y diciembre, aún deben encontrar comida por ahí.

Llegan generalmente en enero, y entonces empiezan las colas para acceder al comedero: mientras una está cogiendo pipas, otra se espera en la jardinera de la ventana, y una tercera en la de la barandilla.

Il y a bien sûr des exceptions, j'en ai vu une pas plus tard que hier, elle essayait de rattraper la graine qu'elle avait fait tomber.

Claro que hay excepciones. Ayer vi una que intentaba recoger la pipa que se le había caído.


Demain ou après demain, il y aura sans doute la deuxième à ses côtés ;-)

Y mañana o pasado, sin duda aparezca la segunda a su lado ;-)

Repost 0