Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 09:06
Je me plains parfois d'habiter loin de la mer. C'est vrai quoi, j'y suis née à la mer, et pourtant je ne la vois pas plus d'une fois par an... parfois deux.
Mais, tout bien réfléchi, avec un peu d'imagination, et en montant en altitude, on peut voir la mer au loin...
A veces me quejo de la distancia que nos separa del mar. Y eso que he nacido a orillas del Mediterráneo, pero nada, lo veo una vez al año, dos como mucho.
Aunque, con un poco de imaginación, y subiendo allá arriba, en lo alto de las montañas, se puede ver el mar, a lo lejos.


Ma mer au lever du soleil. Mi mar al amanecer.
Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 09:46
Cette semaine, à la maison, ça a été le carnage!
Le coupable? Un homme vil et cruel... qui a purgé sa peine dans le coin du couloir.
Les victimes? De pauvres filles sans défense... et une mère éplorée.
Esta semana, en casa, ha habido varios crímenes sangrientos.
¿El culpable? Un hombre vil y cruel... pero su castigo ha sido terrible (10 mn de penitencia en el rincón del pasillo)
¿Las víctimas? Tres pobres chicas indefensas y una madre desesperada.
Bon, oui, Bernat a découvert que les membres des poupées se démontaient... quoique le mot adéquat serait plutôt "s'arrachaient".
Bueno, que Bernat ha descubierto que los miembros de las muñecas se podían desmontar... o mejor dicho que se podían arrancar.
Alors, le bilan de deux jours:
- Une amputation, mais j'ai réussi à greffer le membre arraché (une jambe)
- Deux décapitations, dont une définitive (R.I.P.) et l'autre en attente d'opération, car le Dr Sara n'a pas assez de force pour enfoncer la tête dans le cou.
Lo que nos lleva, en dos días a :
- Una amputación, pero logré salvar la pierna, y la víctima está de nuevo en pie.
- Dos decapitaciones, una es definitiva (que descanse en paz), y la otra está en espera de una operación, porque yo no he podido con ella.


Remarquez, ça ne me dérangerait pas que celle-ci soit définitive aussi, car je déteste la teinture des cheveux de Anna (mais n'allez pas le répéter à Ainhoa)
La verdad es que no me molestaría que ésta no se salvara, porque odio su tinte de pelo... pero no se lo digáis a Ainhoa :-D
Repost 0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 09:42
Les jours sans, sont généralement suivis de jours avec, si, si, je vous assure :-)
Aujourd'hui est un bon jour.
Los días poco inspirados, van seguidos en general, de días mejores.
Y hoy, definitivamente, es un buen día.
Déjà, la première bonne nouvelle, c'est que c'est vendredi, et à 16h30, je ferme la porte du bureau jusqu'à lundi: chouette!
La deuxième bonne nouvelle est que mon patron m'a accordé la semaine de vacances de la Toussaint, alors dans deux semaines, je suis en vacances avec les enfants :-)
Primero: que es viernes, y a las 16h30, cerraré la puerta del despacho, y me olvidaré del tema hasta el lunes.
Segundo: que he pedido vacaciones para final de mes, y que el jefe me las da. O sea que de aquí a dos semanas, estoy de vacaciones con los niños :-)
La troisième bonne nouvelle est que j'ai retrouvé l'inspiration... quand on n'arrive pas à trouver les 8 tissus qui conviennent pour coudre tout un modèle, on fait quoi?
Y tercero: que vuelvo a estar inspirada... cuando una no encuentra una combinación de 8 telas para coser pescado, ¿qué puede hacer?


Ben on prend juste deux tissus, c'est plus facile :-D
Pues, basta con coger sólo dos telas, es suficiente, y sin lugar a dudas, mucho más fácil :-D
Bon, il n'est pas fini hein, le pauvre est encore éventré et  il lui manque les nageoires et les yeux, mais on va arranger ça ce week-end.
Bueno, que conste que no está acabado eh, el pobre aún tiene una úlcera de estómago y lo tengo abierto para examinarle las visceras. También le faltan los ojos y las aletas... no aletas no se dice creo, bueno lo que le permite nadar, ya sabéis, que no tengo ganas de levantarme a por el diccionario ;-)
Repost 0
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 10:00
... aujourd'hui, c'est ma fête, pour une fois que j'y pense, je le signale :-D

... hoy es mi Santo, y ya que me he acordado, lo comunico :-D
Repost 0
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 09:34
Il y a des jours sans... sans quoi? Et bien sans inspiration.
Hier, je me suis assise à la table pour faire un truc, je devais choisir 6 tissus à coordonner... ben, ce n'est pas venu...
Hay días en los cuales, la inspiración no quiere venir. Ayer, tenía que haber escogido 6 telas coordenadas, para hacer una cosita... pero nada, se me quedó la mente completamente en blanco.

Dans ces cas-là, inutile d'insister, ça ne fait que m'énerver, alors une seule solution:
on range tout... obligé, c'est la table où on prend nos repas :-)
Et on se résigne, la mort dans l'âme (si, si), à s'affaler sur le canapé avec un bouquin...
En esos casos, es mejor no insistir, después de todo, un hobby no es una obligación, tiene que ser siempre un placer, y no una comedura de tarro. O sea que sólo me quedaba una solución:
Volverlo a poner todo en su sitio... sí porque es la mesa del comedor :-)
Y tirarse al sofá con un libro...


Mauvaise conscience?
Ah non, pas du tout! :-D
¿Que si no tengo mala consciencia?
No, en absoluto :-D
Repost 0
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 08:42
Parce qu'il ne faut jamais s'arrêter en si bon chemin,  parce que la machine à coudre était accessible et parce que j'avais encore une broderie de Bent Creek disponible, j'ai assemblé un deuxième coussin.
Porque la máquina de coser ya estaba fuera, y porque aún me quedaba un bordado de Bent Creek, he cosido un segundo cojín.

A ce train là, ma réserve de ouate ne va pas faire long feu...
A este ritmo, mi reserva de guata no durará mucho...
Mais bon, au moins, il n'y aura plus de disputes pour savoir qui peut bien se caler sur le canapé, et qui doit se contenter d'un vulgaire coussin carré et inconfortable :-)
Pero, al menos no habrá peleas al momento de instalarse en el sofá... cada uno con su cojín especial para riñones doloridos ;-)
Repost 0
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 07:46
Hier, je me suis trompé, j'ai publié deux articles d'un coup... pfff!
Ça me chamboule toute l'organisation de la semaine, pas possible ça!
Ayer, me equivoqué, y publiqué dos artículos de golpe... ¡menudo fallo! He tenido que reorganizar los artículos de la semana....pfff
Donc, aujourd'hui, vous aurez droit à notre excursion du dimanche, le jour où j'ai fini les fesses sur les cailloux, et Ainhoa les fesses dans l'eau :-)
Bon, l'eau, c'est moins douloureux, mais croyez-moi, ce n'est pas très agréable de marcher avec des bottes mouillées... et oui, parce qu'on n'emmène tout de même pas des chaussures de rechange dans le sac à dos (oui, apparemment, on devrait...)
Total, que hoy finalmente toca nuestra excursión del domingo, el día que yo acabé de culo en el camino, y Ainhoa de culo en el agua :-)
Bueno, el agua no duele tanto como las piedras, pero la verdad es que no es nada agradable caminar con las botas mojadas... sí porque nosotros sólo llevamos ropa de recambio en las mochilas, y no zapatos... aunque veo que deberíamos ;-)
Enfin bref, dimanche, nous sommes donc allés du côté d'Encamp. On n'y va pas souvent, car c'est de l'autre côté de notre vallée. Bon, ce n'est pas loin, mais disons qu'on a plutôt tendance à se déplacer dans notre coin.
A Encamp, il y a donc les Cortals, ce sont les estives en fait.


Encamp

El domingo pues, fuimos a los Cortals de Encamp. No vamos mucho por ahí, porque no nos queda al lado de casa. Tampoco es que esté lejos, pero la verdad es que tienes tendencia a moverte por tu "barrio".
Los cortals es donde se subía el ganado a pasturar en verano.

Les granges. Las granjas

Je devrais plutôt dire "c'étaient", car maintenant, il s'agit plutôt de granges transformées en résidences de week-end. Et puis, il y a un télécabine et des installations de ski, qui défigurent un peu le paysage, mais bon... nous, on allait dans le bois, donc on n'a pas eu à maugréer très longtemps contre les pilônes et les cables.
Ahora, me da la impresión de que las granjas están ya casi todas transformadad en residencias segundarias.
Y además, por ahí pasa el telecabina de Encamp, y se ven las instalaciones de esquí, cosas que desfiguran un poco el paisaje. Pero, como nosotros ibamos hacia el bosque, tampoco hemos visto muchas pilonas y cables.


Pic de Carroi
Nous avons emprunté un chemin qui va à des étangs, dits des Ensagents. Mais on a ensuite obliqué vers la Coma dels llops (je crois que coma, en français se dit combe, et llop c'est le loup).
Nous n'avons pas vu de loups (ben non, il n'en reste plus), mais nous avons bien profité des paysages.


Hemos hecho un trozo del camino que sube a los lagos de Ensagents, pero a medio camino, hemos tirado hacia la Coma dels Llops (=lobos).
No hemos visto lobos, pero sí hemos disfrutado de las vistas.




Nous nous sommes arrêtés pour déjeuner au bord du ruisseau. Et pendant que nous rangions nos sacs, pour ensuite reprendre la route, Ainhoa et Bernat jouaient au bord de l'eau avec des bâtons et des feuilles.
Nos hemos parado a comer a orillas de un riachuelo. Y mientras ya volvíamos a ponerlo todo en los macutos para reemprender la marcha, Ainhoa y Bernat jugaban a tirar hojas al agua y a hacer flotar palos.


C'est là que Ainhoa a décidé de prendre un bain de midi.
Alors au lieu de continuer à monter, et bien, nous sommes redescendus :-)
Fue entonces cuando Ainhoa decidió tirarse al agua :-D
O sea que en vez de seguir subiendo, dimos media vuelta .
Repost 0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 09:23
Alors, aujourd'hui, il s'agit de faire travailler vos méninges.
Je vais vous poser une devinette. Attention, écoutez-bien:
Pourquoi doit-on se promener en forêt avec un caillou une grosse pierre  et un bâton dans les mains?
Hoy, os dejo trabajar un poco.
A ver si lográis contestar a esta adivinanza. Escuchad bien:
¿Por qué se tiene que pasear uno con una piedra una cacho roca y un palo en las manos?



Alors? hum? des réponses? J'écoute...
¿Alguna respuesta? Venga... ¿Alguién se anima?
Repost 0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 08:59
Et bien voilà... je suis devenue si balourde, que hier, je me suis cassé la figure, non pas une fois mais deux! Ah, ah! Tant qu'à faire hein!
Oh je sais, normalement, on dit: "jamais deux sans trois", mais non, non, j'en suis restée à deux, c'était bien assez ;-)
Mi agilidad está desapareciendo a medida que mi peso aumenta... ayer, me pegué no un porrazo, ¡sino dos!
Dicen que las cosas malas van por tres, pero no, no, yo con dos, ya me conformo ;-)
Du coup, à la maison, il fallait bien que je me repose, et pour ce faire, il me fallait être confortablement installée, bien calée sur un petit coussin...
Total que de vuelta a casa, lo único que me apetecía, era tirarme al sofá, instalarme confortablemente, y hacer un poco de ganchillo...
Mais quel coussin? hum...
Pas moyen de trouver LE coussin confortable. Et puis en plus, je n'avais rien à faire, le fil de laine de mes carrés en crochet passant juste sur les égratignures de ma paume, pfff!
Pero, para empezar, no encontraba un cojín que me viniera bien, y luego, no podía hacer ganchillo, porque la lana pasaba justo en los rasguños de la mano... ¡pfff!
Bon, ben faisons le coussin alors! Tant pis pour la flemmardise sur le canapé...
Alors, je sors la machine, je m'étale sur la table, et voilà:
Bueno, pues abandonemos el sofá, y hagamos el cojín ideal...
Saco la máquina, invado la mesa, y triquitriqui, triquitriqui:


La prochaine fois que je me casserai la figure j'aurai LE coussin qu'il faut! En attendant, il a été adopté par le reste de la famille ;-)
Al menos, la próxima vez que me pegue un tortazo, tendré el cojín ideal... mientras, el resto de la familia lo ha adoptado ;-)
Repost 0
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 08:47
Mercredi dernier, nous sommes allés à Toulouse. Il y a là-bas un hôpital pour enfants, auquel on accède avec difficulté, entre barrières et pelleteuses. Tout le site est en travaux, et après avoir tourné un peu en rond, logiquement, nous sommes arrivés en retard.
La question ensuite est de ne pas se tromper d'endroit, inutile de faire la queue à un accueil qui n'est pas le bon, ehem...
Nous avons finalement atterri dans le bon service!
El miércoles pasado, estuvimos en Toulouse. Ahí, hay un hospital para niños, al cual llegas con dificultad, entre vallas, camiones y obreros. El lugar es inmenso, y están renovando el hospital principal así como todos los accesos. Después de haber dado alguna vuelta, lógicamente llegamos tarde.
Luego, además estuvimos esperando en una entrada que no era la nuestra. Al final, ¡llegamos a parar al buen departamento!
Là, entre les dessins de Mireille l'abeille, et Camille la chenille, se promène tout un petit monde, pas plus haut que trois pommes, dont le signe de reconnaissance consiste en de nombreux hiéroglyphes au stylo, sur les deux avant-bras. A côté des hiéroglyphes, des petites boursouflures, plus ou moins grosses.
Tout ce petit monde souffle beaucoup sur les boursouflures, et essaie plus ou moins de ne pas pleurer... parce que à 6 ans, on est des courageux, non mais!
Heureusement, les infirmières sont gentilles, elles ont de jolis badges, avec leur prénom et un petit animal dessiné à côté... et puis elles donnent de jolis diplômes du courage.
Ahí, entre dibujos de animalitos y de hadas, se pasea una serie de personitas, no muy altas, cuya señal de pertenencia a un misterioso club, consiste en una serie de marcas de bolígrafo en ambos brazos. Al lado de las marcas, se ven unas marcas rojas e hinchadas, más o menos gordas.
Los pequeños personajes soplan con fuerza sobre las marcas, intentando no llorar, porque con 6 años, uno es mayor  ¡y valiente!
Suerte que las infermeras son amables. Llevan en su blusa una etiqueta con su nombre y el dibujito de un animal, y además ¡dan diplomas de valentía!
Il n'empêche qu'on éviterait bien d'y retourner dans ce joli service tout bien décoré.
A pesar de los bonitos dibujos en cristales y puertas, de la simpatía del personal y de la sala de juegos, una desearía no tener que volver a ese lugar.
Et malheureusement, la jolie demoiselle y sera hospitalisée trois fois en janvier et février, puis, pendant cinq ans, il faudra faire une piqûre mensuelle à l'hôpital d'Andorre.
Desgraciadamente, habrá que volver tres veces entre enero y febrero, y pasar alguna noche ahí. Luego, durante cinco años, habrá una inyección mesual en el hospital de Andorra.


Dans la vie, il vaut mieux avoir la chance de ne pas être allergique...
En la vida, es mejor tener la suerte de no ser alérgico...
Repost 0